FFT - Reconversion joueurs de tennis - Les études | Fédération Française de Tennis

Le suivi socioprofessionnel

Les études

Objectif minimum : le baccalauréat

Pour les jeunes espoirs de la FFT, la formation scolaire est aussi importante que la formation sportive.

Dans les Pôles France et Pôles Espoirs, les enfants poursuivent leur scolarité, soit dans des établissements scolaires traditionnels soit avec le Centre national d'études à distance (Cned), partie intégrante de l'Education Nationale. Dans ce cas, ils bénéficient d'un soutien scolaire quotidien assuré par Sports et Etudes Concept, partenaire de la licence fédérale.

L'objectif visé est le baccalauréat, que les élèves peuvent passer en deux ans voire plus. Les sportifs de haut niveau peuvent bénéficier de la conservation des notes obtenues dans les épreuves du premier groupe si elles sont égales ou supérieures à 10.

En cas de réussite, plusieurs choix s'offrent aux jeunes joueurs :
- Une carrière professionnelle : l'investissement demandé rend la poursuite des études très difficile. Les plus courageux s'inscrivent au Cned pour entamer un cursus universitaire. Au Pôle France de Roland Garros, ceux qui choisissent d'arrêter leurs études peuvent poursuivre une formation professionnelle adaptée : perfectionnement en anglais, en informatique, en communication et en gestion notamment. Ces formations les aideront aussi à « rebondir » au moment de leur reconversion.
- Poursuivre leurs études en bénéficiant d'aménagements du temps (cursus et examens). Par ailleurs, la FFT a créé en 1997 des Centres nationaux universitaires de tennis (CNUT) qui permettent de concilier études et pratique intensive du tennis pour des joueuses et joueurs classés à 0 et au-dessus (Plus d'infos).
- Partir étudier aux Etats-Unis. Les universités américaines proposent des bourses. En contrepartie, les sportifs doivent représenter l'université dans les championnats universitaires par équipes.